Et si on imaginait l’école du futur?

Il y a quelque mois de cela, nous avons participé avec Mayghan à un atelier d’écriture collective dont le thème était : L’école du futur.

En 1h nous devions écrire un récit sur cette thématique, qui débutait par : “24 juillet 2054”.

La rédaction se faisait en trio ou plus, avec de parfaits inconnus. Nous devions mettre en commun nos connaissances, notre vécu mais aussi nos projections et nos visions pour imaginer ce que pourrait être l’école de demain.

Cela a été une expérience très enrichissante et ce, à plusieurs niveaux. Car répondre à ces questions : “A quoi ressemblera le monde de demain? Quels défis majeurs les générations qui nous suivent vont devoir relever? Et comment  les y préparer au mieux? “ n’est pas une chose facile.

La connaissance du monde est un préalable à la volonté de le transformer.

Photo by Alexas_fotos, Pixabay

Depuis très longtemps, les notions d’éducation et de transmission, ont été au coeur de mes préoccupations. Enfant je voulais “enseigner”, devenir professeur, car j’avais alors cette intuition que, comme le disait Victor Hugo : “Les maîtres d’école sont les jardiniers de l’intelligence humaine”.

Une intuition qui est aujourd’hui une conviction.

Pourtant je dois l’avouer pendant mon parcours Universitaire, lorsque j’ai eu l’opportunité de me confronter à la réalité du terrain en allant dans les collèges aux côtés des professeurs, j’ai alors été déçue.

Déçue de voir que des professeurs impliqués, innovants et qui souhaitaient sortir des sentiers battus, ne trouvaient que peu de soutien, et que les autres qui avaient essayé en vain pendant des années étaient usés, démotivés et résignés. Je me souviens encore des mots prononcés par ce professeur de mathématique en “salle des profs”, à qui j’avais expliqué que je venais en observation dans la classe d’Italien en préparation du concours,:” Oh vous êtes toute jeune, vous avez l’avenir devant vous, suivez le conseil d’un vieux professeur : changez d’orientation et aller faire autre chose, il n’y a plus rien de valorisant et d ‘intéressant dans ce métier”.

Bien sûr ceci n’est pas la réalité de tous les professeurs, bien sûr il y en a encore qui tentent avec une volonté admirable de saisir à bras le corps le peu de liberté pédagogique que laisse encore l’Education Nationale.

Mais partout et de plus en plus, on entend s’élever les voix de celles et ceux qui mettent le doigt sur les limites du système actuel. La vitesse à laquelle notre monde évolue met d’autant plus en lumière celle à laquelle les méthodes d’enseignement peinent à se réformer et à évoluer.

En clair, nous avons aujourd’hui un décalage entre les méthodes et les contenus enseignés aux enfants, et les clés dont ils auront besoin demain. Cela est d’autant plus vrai que nous sommes à un tournant d’un modèle, bien plus large que celui de l’école.

Il faut faire l’homme nouveau avant de faire le monde nouveau

Photo by Samuel Zeller on Unsplash

La bonne nouvelle c’est que toutes les périodes de profonds changements portent en elle les remises en question essentielles  pour faire émerger des nouvelles façon de penser, portées et incarnées par des personnes qui osent sortir du cadre pour regarder loin devant.

C’est le cas par exemple de Céline Alvarez. Cette ex-professeure a démontré lors de ces années d’enseignement à Gennevilliers (classée ZEP) qu’en changeant les méthodes traditionnelles et ce dès le plus jeune âge, on obtenait de très bons résultats et même dans une zone où le taux de décrochage scolaire est plus élevé.

La méthode innovante de Céline Alvarez combine des principes fondateurs de la méthode Montessori mais réadaptés à la lumière des découvertes des sciences neuro-cognitives qui ont été faites depuis.

Mais faute de pouvoir inscrire son programme dans la durée au sein de L’Education Nationale, Céline Alvarez organise aujourd’hui des conférence et des séminaires pour informer et former toutes les personnes (enseignantes ou non) désireuses d’explorer de nouvelles voies pédagogiques.

Pour aller plus loin : celinealvarez.org

Autre profil, autre parcours mais également inspirant : Matthieu Chéreau.

Cet entrepreneur dans le digital a récemment publié un livre « Préparons nos enfants à demain, ces compétences qu’ils ne trouveront pas à l’école ».

Matthieu Chéreau est également papa de deux jeunes enfants qui chaque jour le poussent à se questionner sur demain.

Au vu de tous les bouleversements auxquels nous faisons face : révolution de l’intelligence artificielle, crise écologique, inégalités croissantes … Il serait inconscient de nous projeter en oubliant que notre rôle ne se limite pas à penser aux solutions, mais aussi et surtout, à préparer au mieux ceux qui auront à relever ces défis.

Ce livre est un outil vraiment précieux en tant que parent, car il synthétise bien les différents enjeux et les moyens dont nous disposons pour accompagner nos enfants dans ce challenge.

Pour aller plus loinmatthieuchereau.com

Enfin je vous recommande également de visionner le film de Judith Grumbach “Une idée folle” .

Pendant plusieurs mois, Judith est partie à la rencontre de ces équipes pédagogiques (professeur(e), directeur(rice), animateur(e) ) qui osent mettre en place des pédagogies alternatives et innovantes au sein de leur établissements (publiques et privés). C’est un documentaire bienveillant et positif qui montre que d’autres voies pédagogiques sont possibles et que celles-ci permettent de former des citoyens épanouis qui construiront, à coup sûr, une société juste et responsable.

Alors si dès aujourd’hui parents, professeurs, éducateurs, nous regardions loin devant pour guider au mieux les enfants vers ce qui sera leur avenir ?

Photo by Sandrine Verdier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *