Voyager autrement avec les enfants

On connait tous l’adage : “Les voyages forment la jeunesse” !

Mais si on essayait de comprendre ce que cela signifie concrètement?

Dans la notion de voyage, il y a l’idée de partir à la rencontre de ce qui nous est étranger. Voyager c’est découvrir, aller à la rencontre de nouveaux territoires, de nouvelles personnes, sortir de sa zone de confort pour se confronter à la différence et à la nouveauté.

Or la période de l’enfance est un moment propice à cela. La curiosité et l’expérimentation étant particulièrement vivants chez l’enfant. Son esprit est un territoire encore vierge de préjugés, de croyances. Il est donc totalement réceptif à la découverte, dont il tirera les enseignements nécessaires à sa formation.

Teaching by Pixabay

“On voyage pour changer, non de lieu, mais d’idée” Hippolyte Taine

Mais de quel voyage parle-t-on?

Bien sûr partir à la rencontre de contrées lointaines pour découvrir d’autres cultures est une chance. Cependant plusieurs raisons me poussent aujourd’hui à repenser notre rapport aux voyages.

La première est liée à une volonté d’inclusion : croire que seules les grandes expéditions peuvent former et ouvrir l’esprit à la tolérance, c’est partir du principe alors que seule une partie “privilégiée” a accès à ce savoir. Les autres enfants issus de milieux plus modestes ou défavorisés, n’ont donc pas cette chance et restent de facto sur le bas-côté de la route de la connaissance.

La seconde raison est d’ordre écologique : aujourd’hui nous ne pouvons plus ignorer les bouleversements climatiques avérés et ceux à venir. Dans cet avenir incertain, la seule chose que tous les scientifiques affirment avec force, est que nous devons impérativement réduire notre émission de carbonne et par conséquent les Gaz à Effets de Serre (GES), responsables du réchauffement climatique. Or une grande partie de ces GES proviennent de nos modes de déplacement.  L’avion étant le plus gros émetteur.

Qu’on le veuille ou non dans les années à venir, quelque soient les moyens dont nous disposons et la classe sociale à laquelle nous appartenons, nous allons devoir repenser notre rapport à la mobilité. Par conséquent, si nous voulons agir de manière écoresponsable, envisager nos vacances autrement que par des allers/retours longs courriers dans un club à l’autre bout de la planète, semble nécessaire.

“Le Voyage est un retour vers l’essentiel” (Proverbe Tibétain)

Children by pixabay

La bonne nouvelle? Aujourd’hui grâce à de nombreux mouvements associatifs (ou autres), on offre la possibilité aux enfants de s’ouvrir aux voyages d’une autre manière.

C’est le cas à l’école par exemple avec l’association Par le monde qui permet aux enfants des écoles primaires françaises  de pouvoir partir à la rencontre d’écoliers du monde entier, grâce à un programme innovant et numérique intitulé Le voyage de Pelico. Seuls deux médiateurs voyagent pour mettre en contact des milliers d’enfants. Bilan carbonne optimisé pour une expérience pédagogique unique! Une vraie fenêtre ouverte sur le monde, où les enfants seront invités et motivés à découvrir d’autres cultures et à pratiquer d’autres langues.

Côté vacances, les colonies ne sont pas en reste avec des “Colos écolos” et accessibles à tous, comme La Bidouillerie qui propose des vacances autour d’activités privilégiant le lien à la nature et la vie en communauté. Ici les enfants décident de façon démocratique à la mise en place des activités, participent activement aux repas faits maison, mais peuvent également choisir de ne rien faire pour laisser place à la rêverie et à l’ennui, si nécessaires au développement de leur imaginaire. Former les esprits, c’est également former des écocitoyens.

Enfin pour les vacances en famille, si on retrouvait le plaisir de découvrir la France? Nul besoin de faire des milliers de kilomètres pour aller à la rencontre de la différence et de l’inconnu. L’ouverture, la tolérance et le lien à l’autre peuvent également être développés lors de séjours simples, en contact direct avec la nature comme le propose des fermes agroécologiques telles que Les Amanins. 

Mais vous pouvez aussi opter pour les vacances en vélo, en camping, sur les routes des régions de France et retrouver l’âme d’un G.O familial, en vous inspirant sur des sites comme Region France.

Il existe donc bel et bien une autre définition du voyage: la capacité à s’ouvrir à l’inconnu pour mieux l’appréhender et ainsi s’enrichir mutuellement de nos différences.

Car comme disait Marcel Proust : “Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.”

Leonardo Burgos by unsplash

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *