Témoignage de Zineb, maman française expatriée à Atlanta, aux États-Unis

Illustration Atlanta

Pour fêter la mise en ligne de notre site internet, La boîte de Charlie a souhaité interviewer Zineb, qui a eu la chance de découvrir avec sa famille en avant-première les aventures de Charlie.

Zineb vit depuis 14 ans à Atlanta avec son mari, et leur fils, Adrian, âgé de 6 ans et demi.

Pourquoi es-tu partie de la France ?

Je suis arrivée il y a 14 ans aux États-Unis. A l’époque, je travaillais pour une filiale parisienne dont la Maison Mère était à Atlanta, aux États-Unis. Quand la filiale parisienne a fermé, ils m’ont demandée d’être rattachée à la Holding à Atlanta donc j’ai accepté. J’ai rencontré mon mari, qui est américain d’origine croate, avec qui j’ai eu mon fils, Adrian.

Est-ce que la France te manque ?

Oui. J’y retourne une fois par an afin de voir la famille.

En plus de la famille, la vie parisienne me manque aussi. J’habitais en région parisienne et le fait de pouvoir utiliser les transports en commun pour le côté social, de pouvoir sortir le soir, se balader dans la ville de Paris me manque énormément. Ici, à Atlanta, on ne prend que la voiture.

La culture française me manque également, la gastronomie,  les livres et les films français…Je demande souvent à mes soeurs de me ramener des choses ou de me dire quels sont les nouveautés en terme de films pour que je puisse les regarder sur internet ou dès que j’arrive en France.

Est-ce difficile d’avoir accès aux choses qui te permettraient de garder un lien avec la France ?

Ici, très. Ça fait plus de 3 ans que j’essaye d’avoir la télévision française et je n’y arrive pas.

J’ai réussi à avoir TV5 Monde mais j’aimerais avoir les autres chaînes que j’avais : TF1, France 2, etc. Et pour toutes les familles française que je connais, c’est pareil.

Même acheter des livres français coûte cher. Un livre que je pourrais acheter 5€ en France coûte 20$ ici. Donc on peut garder un lien mais ça demande plus d’effort et cela a un réel coût financier.

On n’a pas non plus de cinéma ici qui diffuse un film en VO en français. Les films français ne sortent pas du tout au cinéma à Atlanta. On a éventuellement un cinéma qui sort des films du monde entier, donc de temps en temps certains films sont en français mais pas ceux qui m’intéressent.

Est-ce difficile de garder le français à la maison ?

Oui, très. Il y a 3 langues à la maison donc c’est vrai que quand il a eu 3 ans et qu’il a commencé à s’exprimer, je pense que cela l’a un peu déboussolé. Il a eu un retard de langage pour l’anglais. Il comprenait très bien ce que je lui disais en français et quand son papa lui parlait en croate. Mais il ne parlait pas car je pense qu’il ne savait pas quelle langue utiliser entre l’anglais à la garderie, le français et le croate à la maison. Donc il était confus.

A la garderie où il était, une maîtresse nous a déconseillés de parler nos langues maternelles à la maison avec Adrian. Malheureusement, on a accepté de le faire et de la croire pour arrêter de lui parler en français et en croate pour privilégier l’anglais. Cela à améliorer son anglais et du coup on ne peut plus l’arrêter de parler (rires).

Maintenant, remettre le français est une bataille car on a arrêté pendant presque 2 ans de lui parler nos langues maternelles.

Aujourd’hui, comment cela se passe-t-il ?

Maintenant, il est en 1st grade (équivalent CP en France) donc il n’a pas la même maîtresse. Et elle est tout à fait d’accord pour incorporer les langues à la maison. Donc je réintègre le français à la maison. Je lui parle en français maintenant, aussi souvent que je peux. Mais à cause de ces 2 années à interdire le français, il y a pleins de choses qu’il ne comprend plus. Il va comprendre les mots du quotidien comme quand je lui dis d’aller se brosser les dents, d’aller se coucher ou d’aller s’habiller. Mais dès que j’essaye d’avoir une conversation, il ne comprend plus car il manque de vocabulaire et c’est normal. Et je ne veux pas lui parler qu’en français de peur de couper la conversation avec lui. Donc je fais les deux, je parle en français d’abord et après en anglais. Même si je sais qu’il va se concentrer sur la partie en anglais.

Est-ce qu’Adrian parle français en dehors de la maison?

Il bénéficie depuis 2 ans de 2h30 de français une fois par semaine à l’École française en partenariat avec le Consulat de France. Ça nous aide un peu.

En quoi la lecture des premières aventures de Charlie a pu vous aider ?

Le livre nous a beaucoup aidé car c’est traduit. Je lui lisais d’abord en français et après je relisais en anglais de sorte à ce qu’il puisse comprendre les mots et apprendre du vocabulaire.

Je lui ai lu 2 fois le livre et on va le relire encore et encore, de sorte à ce qu’il puisse retenir le vocabulaire. A savoir que je n’ai jamais réussi à trouver de livres bilingues en français et anglais.

Donc j’adore vraiment ce concept. Ce projet est une très bonne idée, et l’histoire est super et pas trop longue.

En plus, Adrian a accepté que je lui lise l’histoire car c’était sur la Tour Eiffel. Il sait que c’est le symbole de Paris, et que maman vient de là-bas.

Est-ce qu’Adrian a une chanson française favorite ?

Oui et d’ailleurs je ne la supporte plus (rires). C’est « Chante la vie chante » de Michel Fugain, mais la version interprétée par Kids United. Il la chante tout le temps et il connaît très bien les paroles.

As-tu un conseil pour les parents qui élèvent un enfant bilingue ?

Il faut s’y prendre très tôt même si on remarque un retard de langage dans la langue maternelle. Il faut donner à l’enfant le temps de s’adapter.  Et surtout ne pas écouter les avis extérieurs qui déconseillent de parler la langue maternelle à la maison.

Merci Zineb pour ce partage !

 

Si vous souhaitez également témoigner, n’hésitez pas à me contacter : mayghan@laboitedecharlie.com.

Un commentaire sur “Témoignage de Zineb, maman française expatriée à Atlanta, aux États-Unis

  1. Mireille says:

    Bonjour,
    Je me retrouve un peu dans ce témoignage : la famille, les amis, la culture, la gastronomie manquent dans notre vie d expat. également.

    J ai été très étonnée de lire qu’ un enseignant vous demande d arrêter de parler vos langues maternelles a la maison…les institutrices dans l école de mes enfants avaient beaucoup insiste sur l importance de garder le Français a la maison et de ne pas leur parler Anglais.

    Mon fils a été captive par ce livre également et quoi de plus beau que de lire un livre au sujet d un monument qu’ ils connaissent 😉

    Bonne continuation 😉
    Mireille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *